Monstres et Compagnie


Fiche Technique:

Titre original: Monsters;INC
Réalisateur: Pete Docter
Musique: Randy Newman
Année de Production:
Date de sortie: Pâques 2002 (France) - Noël 2001 (USA)

Casting vocal sélectif:

rôles
VO

VF

Sulley
John Goodman
Jacques Frantz
Mike/Bob Razowzky
Billy Cristal
Eric Metayer
M. Waternhoose
James Coburn
Richard Darbois
Celia
Jennifer Tilly
Claire Keim
Randall/Leon
Steve Buscemi
Dominique Collignon Maurin

Synopsis: Vous ne vous êtes jamais demandé d'où venaient les monstres qui se cachaient dans nos placards et sous nos lits durant notre enfance? Et bien ils viennent d'un univers parallèle, Monstropolis, grande cité où se cotoient une diversité étonnante de créatures burlesques, qui pour alimenter leur ville en énergieont recours à Monstres et Compagnie. Une usine où les monstres les plus effrayants et téméraires doivent aller chercher les cris d'effroi des enfants dans notre monde en passant par des portes passages entres les 2 univers. Mais voilà, les monstres ont une phobie pour les enfants et lorsque Bouh, une petite et adorable enfant arrive à pénétrer dans Monstropolis, Bob le cyclope vert et Sully grande peluche bleue, vont vivre la plus grande aventure pour tenter de la ramener dans sa chambre.




 

Critique:

Avec Monstres et Cie, Pixar confirme au public, si il y avait encore quelque chose à prouver, le talent exceptionnel des studios en termes d'histoire et de technologie. La recette miracle qui a fait jusqu'ici aucune faute, avec ce film qui exploite drôlement les peurs d'enfance ( y a-t-il un monstre dans le placard ou sous notre lit???). L'idée de départ est transformée ici en scénario loufoque et pourtant crédible. Qui à part Pixar oserait raconter l'histoire d'une ville de monstres dans un monde parallèle, qui utilise pour principale source d'énergie les cris d'enfants qu'ils terrorisent la nuit dans notre monde? Et qui par dessus tout oserait annoncer que ces monstres ont en fait une peur bleue des enfants? Assurément peu de studios contemporrains prendraient le risque de faire un film sur une idée de départ aussi originale et loufoque.

 

Encore une fois, les personnages sont aussi attachants les uns que les autres, Sully, la grosse peluche bleue au coeur de papa ou MIke razowski le petit cyclope nerveux. La petite Bouh, fillette qui débarque en semant la panique au pays des monstres, est d'un réalisme étonnant, sans pour autant viser le photoréalisme. Les animateurs de Pixar ont su lui donner les mimiques et les mouvements caractéristiques des enfants de cet âge. Le résultat est bluffant, et on ne tarde pas à fondre pour elle au même titre que le héros du film, Sully. Car c'est cette relation entre le grand monstre bleu et la petit fille qui est le coeur du film. Au début appeuré par l'enfant, le monstre va vite l'adopter et se lier d'un amour quasi paternel envers elle. D'une poèsie rare dans ce genre de comèdie animé, les scènes où les 2 personnages sont réunis atteignent un degrès d'émotion remarquable. La scène d'adieu est particulièrement touchante et émouvante. Mais les relations entres les autres personnages ne sont pas mis en reste, l'amitié qui lie Mike et Sully est particulièrement développée, notamment dans cette scène où les 2 monstres bannis dans l'Himalaya se disputent et mettent à plat leurs rancoeurs, magistral!


Côté animation, de film en film, Pixar surprend le public avec une innovation. Ici, l'animation est parfaite, fluide au possible, les monstres sont crédibles et évoluent dans un monde sublimement architecturé. La fourrure de Sully est incroyable, chaque poil bougent individuellement sur son pelage, de même pour les cheveux et les vêtements de la petite Bouh, parfaitement rendus.

 

 







Etudes pour le personnage de Bouh.


Avec Monstres et Compagnie, Pixar a atteint une rare poèsie grâce à la relation touchante du grand monstre bleue et de la petite et fragile Bouh. La technologie est au service de l'émotion, passant du rires (grâce aux scènes de Mike Razowski hilarantes) aux larmes (les adieux). La toute dernière scène est simple mais pourtant, empleine de milliers de sentiments, Sulley ouvre la porte, on ne voit que son visage, la voix de Bouh se fait entendre "Minou" et le sourire qui se dessine sur le visage du monstre marque la fin du film. Une simplicité pourtant diablement efficace, qui a sûrement humidifié quelques yeux lors de la sortie en salles.


Le saviez-vous?: Clins d'oeil cachés

C'est une habitude chez Pixar, dans chacun de leurs films se cachent des références multiples à leurs travaux passés et aussi quelque fois futurs, mais aussi à leurs idoles. Voici ceux recensés dans Monstres et Cie:

-Dans la chambre de Bouh, lors de la scène d'adieu, plusieurs éléments proviennent des studios Pixar: on peut y voir une poupée de Jesse (Toy Story2), le ballon récurrent (Luxo Jr, Toy Story, Red's Dream), et aussi un petit jouet Nemo (Le Monde de Nemo).

-La caravane dans laquelle attérit Léon à la fin du film n'est autre que la caravane qui apparaissant déjà dans 1001 pattes.

-Dans la scènes des passages des portes, à un moment, on y voit Nemo accroché sur un mur dans une maison hawaïenne.

-Dans la scène où Mike Razowski rentre dans la chambre d'un enfant pour le faire rire, on y voit des posters accrochés au mur d'attractions de Disneyland Californie.

-Quand Léon s'entraîne à se camoufler en plusieurs motifs, à un moment il prend les couleurs de la chambre d'Andy de Toy Story, le fond bleu avec les petits nuages blancs.

 





Revues de presse: Voici les échos critiques à la sortie du film

  • Ciné Live - Emmanuel Cirodde- Quand l'informatique sert à raconter un conte de fées à base de trolls contrariés et qu'elle encourage les adultes à régresser dans la joie, c'est que Pixar n'est pas bien loin. Bingo !

  • Le Figaroscope - Emmanuèle Frois- Imagination, drôlerie, fantaisie sont au rendez-vous, avec ces monstres de tout acabit, vraiment très poilants.

  • Le Parisien - Pierre Vavasseur- Les petits, parce qu'ils sont tout à coup invités à faire face en douceur, et avec humour et confort, à leurs cauchemars éveillés, devraient adorer ce film remarquablement fin et intelligent.

  • Cahiers du Cinéma - Charles Tesson -Par la simple grâce d'une porte qui s'ouvre, on a envie de rire, comme dans Lubitsch, et on a envie de pleurer, comme dans Chaplin. Cet art de la nuance donne un bref aperçu de la richesse de ce film. Il y en a d'autres, qu'il vous reste à découvrir.

  • Studio Magazine - Patrick Fabre- Bouche bée, les yeux écarquillés, on frôle l'overdose de joie infantile dans une époustouflante scène de poursuite sur des portes de placard, digne de celle en wagonnet d'Indiana Jones et le temple maudit, la folie de Tex Avery en plus.

  • Le Nouvel Observateur - Bernard Achour- La véritable prouesse accomplie par Pixar est de nous faire oublier l'exploit technique : conçus entièrement par ordinateur, ces monstres ne manquent pas d'humanité (ni d'humour).

  • Première - Christian Jauberty - S'il faut émettre des réserves, c'est plutôt du côté de l'histoire, (...) des personnages secondaires moins réussis (...), ou des clins d'oeil au public des adultes, moins tranchants. A ces réserves près, Monstres & Cie met en oeuvre davantage de créativité et offre plus de plaisir que 95% des films que vous pourrez voir cette année

    Novaplanet.com - Alex Masson- Au delà de sa suprématie technique, la beauté de Monstres & Cie est dans ce besoin de maintenir à tout prix la patte ludique de l'enfance. Paradoxalement, c'est aussi ce qui en fait un film moins riche dans ses thématiques que les Toy Story ou 1001 Pattes.


 

 

 


Edition simple: 1 face, 2 couches. Chapitrage des scènes. Court-métrage: La nouvelle voiture de Bob. Court-métrage: Drôles d'oiseaux sur une ligne à haute tension. Bêtisier. Jeu interactif: La porte de Bouh. 5 Scènes coupées. Bande annonce de Némo.

Edition Collector 2 DVD: 2 DVD 1 face, 2 couches. Chapitrage des scènes. 1 face, 2 couches. Chapitrage des scènes. Commentaire VOST des réalisateurs et des producteurs sur le 1er disque agréé THX. Court-métrage: La nouvelle voiture de Bob. Court-métrage: Drôles d'oiseaux sur une ligne à haute tension. Bêtisier. Le monde des humains: Explorez les incroyables coulisses du film (comparaison multi-angle film/story-board, recherche graphique, tests d'animation, promotion. . . ). Le monde des monstres: Prolongez votre plaisir en devenant un employé de Monstres & Cie.

 

 

Partenariat:
Pour tout connaître des autres productions Disney, site incontournable